How to reclaim our place within Canada

  •  Share/Bookmark
  •  Print
  •  Entries (RSS)
  •  Comments (RSS)
20-May-2014 · 26 Comments  

drapeau_quebecois This is the text of the speech I delivered this morning in Montreal before an audience of the Regroupement des jeunes chambres de commerce du Québec.

How to reclaim our place within Canada

Maxime Bernier, MP for Beauce

As was probably the case for many of you, when I reflected on the results of Quebec’s April 7 election, I got the sense that Quebec had reached a turning point in its history. Following a campaign haunted by the spectre of another referendum, the Parti québécois suffered its worst defeat since 1970 and the two federalist parties took home two thirds of the vote. Once again, Quebecers clearly rejected separation and embraced a stable future within the Canadian confederation.

Since the election, the media has devoted a lot of space to the uncertain future of the Parti québécois, and how it might bring young people back into the fold. But given the election results, there is a much more pressing and relevant matter to address, one that has received hardly any attention: How are we, as Quebecers, going to reclaim our place in Canada?

imagescae34dm8 Obviously, this question matters deeply to me, as a federal politician from Quebec. But I am here today, not as a member of the Canadian government, but as a Quebecer wondering what we can do to move our society forward.

The sovereignty issue has monopolized political debate in Quebec for decades. It’s a legitimate debate, but it’s one that just keeps going around in circles.

In the meantime, Quebec must continue to develop. We have serious problems that need fixing. Our public finances are in a sorry state. Ours is one of the most heavily taxed regions in North America, and one of the least wealthy. We need to make massive investments in our crumbling infrastructure. And as our population is aging quickly, we have particular challenges to face when it comes to integrating immigrants and keeping our social programs solvent.

If we are to meet these challenges, we need governments, both in Quebec City and in Ottawa, that are focused on the real issues at hand, not on identity crises, referendum dilemmas and constitutional debates that create uncertainty. What we needs is stability, and not just for the next four years, but for the long term.

As I see it, that stability hinges on three major changes in attitude, all of which are related to Quebec reclaiming its place in Canada.

First of all, we must come to terms with who and what we are, we Quebecers.

Throughout the election campaign, Parti québécois politicians kept repeating that we need to defend our identity and values. And they did this by playing on the fear of the other: fear of immigrants, fear of anglophones, and fear of the rest of Canada.

The truth is, they refuse to accept what Quebec is today. They have always been obsessed with changing it. They aren’t interested in defending OUR identity and OUR values. They want to defend THEIR very narrow view of what our identity and values SHOULD be.

Quebecers make up a nation, and our government has formally recognized that. This nation, however, is a pluralistic one.

To me, accepting Quebec’s diversity and pluralism means recognizing that many identities coexist in Quebec and that each of them is legitimate. Those who identify themselves as francophone Quebecers are not the only “real” Quebecers.

This may seem obvious and straightforward to many of you. I don’t believe that it is obvious at all. For the past fifty years, a nationalist elite has been trying to delegitimize any identity that deviates from a narrowly defined Québécois identity.

In particular, politically correct nationalist rhetoric demands that Quebec be referred to as a solely francophone society, where French is the only language that defines our identity. But this is simply not true.

English isn’t a language spoken by some foreign minority that has to be tolerated because we respect basic human rights. A large English-speaking population has been living in Quebec for a very long time. Unless you believe that only the descendants of French settlers are “real” Quebecers, the undeniable reality is that English has been a part of Quebec’s identity for some 250 years.

Can we not just clearly acknowledge this once and for all? Acknowledge that English is a part of us, a part of our history, a part of our culture and a part of our identity. Acknowledge that English isn’t some foreign language but is one of Quebec’s languages. And consequently, give up the endless battle to restrict its use and its legitimacy through coercive policies.

This doesn’t mean ignoring that French is central to our identity or that without it, Quebec would not exist. Nor does it mean we shouldn’t remain vigilant when it comes to protecting and promoting French, which will always be a minority language in North America. But it would allow us to come to terms with a part of ourselves and put an end to a lot of pointless conflict and animosity between the communities that make up Quebec.

We can lament the defeat at the Plains of Abraham and the British conquest all we want, but at some point, we’re going to have to accept the fact that it happened over 250 years ago, and that Quebec came to be what it is today over the course of those 250 years. Quebec is not some version of New France corrupted by the Anglo‑Canadian presence that needs to be restored to its former purity.

In addition to our French heritage shaping who we are, so too did the English language, and so too did British and Canadian institutions and symbols. Our identity includes all of this. Just like the French fact is part of the identity of all Canadians.

Quebecers have chosen to remain a part of Canada. We should draw the obvious conclusions from this. And that begins with accepting the parts of our history and identity that connect us to Canada.

It’s time to challenge the narrow definition of our identity that the nationalist elite want to impose upon us. It’s time to start looking at other Canadians as fellow citizens and as partners.

The second major change in attitude that I see as necessary if we are to reclaim our place within Canada involves the benefits of federalism.

In the 1970s, Robert Bourassa coined the term “profitable federalism” to counter separatist rhetoric. This was a very poor way of defending the merits of federalism. In the mind of many a Quebecer, the more money we extract from the rest of Canada, the more profitable federalism is deemed to be.

Federalist and separatist Quebec governments have both used the threat of separation to go and get more money. Do you remember the Bélanger‑Campeau commission? The whole debate on the supposed fiscal imbalance? It’s always the same story, the same policy of begging for scraps. Even when Ottawa sends more money, the reaction in Quebec City is that it’s never enough. We always want more, and if we don’t get it, well, then there’s the proof that federalism is not profitable.

This year, Quebec will receive $9.3 billion in equalization payments. This represents more than half of the $16.7 billion in the whole program. This money comes from richer provinces like Alberta, British Columbia and Saskatchewan.

It is true that other provinces, like Manitoba and the three Maritime provinces, collect even more equalization money per capita than Quebec, making them even more dependent on Ottawa. But that’s no excuse. As a Quebecer, I’m not very proud of the fact that ours is a poor province that receives equalization money.

And it’s not the rest of Canada’s fault that we are a poorer province, as the separatists would have us believe. It should be pretty obvious that unrestrained state intervention doesn’t lead to prosperity. If it did, Quebec would be the richest place in North America instead of one of the poorest.

If we are poorer, it’s because of bad economic policies that make Quebec’s economy less productive. It’s because the first reflex of much of our political class has been to keep begging Ottawa for more money instead of making the decisions that need to be made to fix our problems.

We need to stop looking at our membership in this country in such a selfish way, solely in terms of its financial benefit for us. Asserting our place in Canada means committing to responsible cooperation with our Canadian partners so that the country can function more effectively for EVERY region and EVERY Canadian.

Finally, the third major change in attitude I see as being crucial concerns the reform of federalism.

It’s been a truism for more than a generation that there is only one constitutional position that could rally the vast majority of Quebecers: a more autonomous Quebec within a united Canada. Federalism at its most decentralized while respecting provincial areas of jurisdiction.

But this autonomist position has always been poorly defended. This is because every Quebec government for the last 50 years has undermined it by constantly making unrealistic demands.

Put yourself in the shoes of Canadians in other provinces. For 50 years, they’ve been on the receiving end of two types of demands from Quebecers. On the one hand, there have been the separatists who want to separate but while remaining associated with Canada, sharing a currency, passports and so forth. In short, they wanted all the benefits of belonging to Canada while still being independent.

On the other hand, the federalists have kept demanding special privileges. Their message to the rest of the country has basically been: Quebec is the only special province, and we deserve more powers and influence than the rest of you.

Among other things, we’ve asked our Canadian partners to recognize Quebec as a distinct society and to use that distinction in interpreting the Constitution. We’ve asked for more representatives in Parliament than our population would justify. We’ve asked for the only veto power over constitutional changes. And we’ve asked for all of this while holding a knife to their throats: Say yes or we’ll separate. Every party has engaged in this game of one‑upmanship.

No one in the rest of Canada, nor in Quebec for that matter, wants to reopen the Constitution right now. If we truly want to achieve a more autonomous and prosperous Quebec, we must change our approach completely. And, in fact, there is absolutely no need to amend the Constitution in order to reform federalism; we just need to respect it. Respect the intention of the Fathers of Confederation who wanted a decentralized federation with provinces enjoying autonomy in their jurisdictions.

Imagine the sway and political influence Quebecers would carry if they rallied behind this vision of autonomy, one supported by a large majority. Imagine how much sway and political influence Quebecers would wield if they joined forces with other like‑minded Canadians who also want to live in a more decentralized Canada with less state control.

In the 1990s, the Reform Party, one of the two parties responsible for making the Conservative Party of Canada what it is today, put forward a vision of federalism that was quite decentralized. So it is with good reason that I support a similar vision as part of the Conservative Party.

What’s more, Quebecers need to take their rightful place in federal political parties if they wish to advance their interests and their vision of the country.

The Liberal Party of Canada has for decades been the party of centralization and of interference in areas of provincial jurisdiction. Now again, its leader Justin Trudeau is proposing that the federal government interfere in the area of education, an exclusively provincial area of jurisdiction according to our Constitution.

The NDP is a socialist party that wants to centralize everything so it can intervene everywhere. It is not at all in the interests of Quebecers to have a large, interventionist government in Ottawa limiting our individual freedom, because this will make us, and all Canadians, poorer.

We, the Conservatives, have a different vision to offer: that of a more modest, less interventionist government in Ottawa, a government that respects provincial autonomy. The Conservative Party of Canada is the natural vehicle for advancing the vision of federalism that is most widely embraced in Quebec.

For half a century, the political history of Quebec in Canada has amounted to a series of constitutional failures and failed referendums. One of the biggest reasons for these failures, in my view, has been an unhealthy and unrealistic attitude. We need to change our attitude.

We have chosen to remain Canadians, so let’s reassert our place within Canada!

  • Let’s come to terms with our history and our pluralistic identity;
  • Let’s stop begging Ottawa for help and instead solve our problems ourselves;
  • Let’s forge alliances with other Canadians who want decentralized federalism;
  • Let’s reclaim our place within Canada so that Quebec can thrive and prosper within the Canadian confederation.

Thank you.

You can leave a response.

26 responses to “How to reclaim our place within Canada”

  1. Allen F Mackenzie says:

    Excellent Maxime. Toutes mes félicitations.

  2. Jeff says:

    You should run for Prime Minister when Harper retires Maxime.

  3. Noreen avey says:

    Merci
    I am an anglophone from Manitoba ,now living in Calgary and I support your view 100%

  4. John Allore says:

    Clear, concise and spot on! Thank you Mr. Bernier.

  5. Daniela Chivu says:

    Excellent speech this morning, Minister Bernier. You have spoken the truth, to do so it takes courage. Thank you.

  6. daniel says:

    Je suis loin d’être un expert en politique, mais tout expliquer de cette façon, un enfant pourrais comprendre! Ne devrions pas nous déclarer le Québec comme une province Bilingue, un peu comme le Nouveau-Brunswick!!

  7. Eric Grenon says:

    Bravo Mr. Bernier, très bon texte qui résume la pensée de plusieurs Québécois!

  8. Mario says:

    Ce qui se conçoit bien s’exprime clairement!
    Merci M. Bernier. Vous avez mon appui.

  9. Claire Thibaudeau says:

    Vos impressions me laissent très perplexes .Le Québec avec le fédéralisme n est pas ce que plusieurs québécois désirent .
    La défaite du PQ est due à la campagne de peur qui fut faite
    PKP va nous redonner les vraies valeurs et vraies raisons de partir .
    De toute façon Harper reprendra le pouvoir et se fera davantage dictateur .

  10. jean-pierre mercier says:

    bc, alberta, Saskatchewan and NEWFOUNDLAND

  11. jean-pierre mercier says:

    et la reaction de la chapelle quebecoise est typique

  12. À Maxime Bernier: Vous ne me choquez pas du tout! | Le blogue de Joanne Marcotte says:

    [...] beau lire et relire le discours du député conservateur Maxime Bernier (la version anglaise ici), il n’y a rien là qui me choque. En fait, je me demande même [...]

  13. Philippe LeBel says:

    C’est tellement ronflant que je me suis endormi. Vous êtes d’une pauvreté intellectuelle navrante. La véritable décentralisation c’est l’abolition du Parlement à Ottawa qui n’aurait jamais dû être. Allez au bout de votre idéal et commencez par abolir votre siège.

  14. François Normand says:

    Excellent Monsieur Bernier, le PQ et le Bloc doivent disparaître, vous relatez exactement ce que nous croyons tous, ça fait 250 ans que nous sommes colonisés il faudrait bien en revenir une bonne fois pour toute, de plus il ne faut pas oublier que le 3 quarts des Québécois ont du sang Anglo saxon dans les veines, parfois Irlandais, Écossais, Britannique etc… Travaillons ensemble pour une union National Canadienne forte au lieu de perdre notre temps dans le passer à prendre du retard sur les autres provinces.

  15. Pierre Harvey says:

    Mon cher ami Maxime, on se connaît bien toi et moi alors, si tu m’aide à régler le dossier de l’aéroport de Sherbrooke en me permettant de m’asseoir avec mon premier ministre, ce sera avec plaisir que la région contribuera à la péréquation crois-moi! L’isolement d’une région comme la mienne ne sert en rien la cause de la péréquation. Tu sais que dans ce dossier-là on ne demande aucun sous d’Ottawa… C’est assez ironique non?

    Je continue Maxime: Exode de plus de 50 millions de $ par année de notre seule région au profit des aéroports US limitrophes… Pertes majeures d’investissements pour l’ensemble de la région… L’isolement d’une région comme la mienne par Transport Canada par le refus de la ministre de permettre une désignation CATSA ne sert en rien la cause de la péréquation et n’ajoute pas de revenu à l’aéroport Trudeau ni à l’économie québécoise. Dans ce dossier-là en plus, Sherbrooke ne demande aucun sous d’Ottawa… C’est assez ironique avoue, d’autant que j’ai même une ligne aérienne prête à voler de Sherbrooke à Trudeau, tu le sais, je le sais, tu as tout le dossier, toutes mes lettres, tous mes courriels. C’est fou pareil des situation aussi absurdes que celles-là? Dès fois, je ne nous comprend pas, vraiment. Mon parti qui se dit champion de l’économie et qui bloque tout dans le dossier de la désignation de l’aéroport de Sherbrooke pour un soit disant principe d’équité avec les 19 autres villages alors que ma région compte 572 400 personnes et qu’elle la seule au pays à avoir un deal signé avec une ligne aérienne prête à voler. Je demeure convaincu que mon Premier ministre n’a jamais été mis au courant du tiers de la demie de la moitié du dossier de Sherbrooke sinon il en ferait un décret ministériel en moins de deux heures crois-moi… Même le monde de ton coin de pays veulent prendre l’avion chez-nous! Et si rien ne bouge à Ottawa (d’autant que Lebel a dit qu’il ne mettra pas de pression du tout – autant dire qu’il ne le porte pas comme il ne l’a jamais vraiment porté d’ailleurs) ce qui est en toute logique contre le principe d’un parti champion de l’économie), believe me, on volera de Sherbrooke à Burlington si c’est le choix d’Ottawa. If you can’t beat them, join them! Christian Paradis aussi connait le dossier sur le bout des doigts. Et crois-moi, notre lieutenant politique Denis Lebel aussi connaît le dossier sur le bout des doigts… Ça aurait été si facile, si facile pour lui à régler quand il était lui-même Ministre des transports. Comme dirait Caliméro: C’est vraiment trop injuste! Non, notre parti erre très sérieusement dans le mauvais sens et totalement à l’encontre de ta vision que je partage tout à fait. Imagine, Lebel qui n’a jamais, jamais accepté de me rencontrer malgré toutes mes demandes à tous les sénateurs, à Catherine Loubier, au bureau du PM. Houston, we have a problem!

  16. Brodeur says:

    M. Bernier
    Pour faire parti du Canada vous avez raison il faut être des quêteux. Mais nous ne sommes pas des quêteux car nous avons payé des impôts pour ces services qui ne reviennent jamais au Québec, nous payons pour les provinces pauvres et l’Ontario c’est déclaré un province pauvre ayoye!!!!!
    Je suis séparatiste et fière de l’être. Tous les emplois payants dans l’automobile ont été transférés en Ontario et vous n’avez pas déclaré le Québec province pauvre. Piller nous sur la tête pour nous enfoncer un peu plus dans la merde.
    Nous sommes travaillant et débrouillard c’est pour cela que le reste du Canada sont jaloux de nous nous sommes innovateurs et avons passe les récessions mieux que les autres.
    J’ai bien hâte que les pissous du Québec s’ouvrent les yeux et que nous prenions nos finances en main!!!!!
    Avant de parler, tournez-vous la langue 7 fois!!!!!!!!!

    Rachel Brodeur

  17. Marc Carrier says:

    Bonjour M. Bernier,
    Tout d’abord, je dois vous féliciter pour vos prises de positions publiques, qui sont très rafraîchissantes en comparaison avec le discours de la langue de bois généralement utilisé par les politiciens. Vous représenter vraiment ce qui pour moi est l’essence même de ce que devrait être le Parti Conservateur du Canada, mon parti.
    Malheureusement, j’ai récemment pris la décision de ne plus militer dans ce parti, tant et aussi longtemps que l’organisation provinciale sera dirigée de la sorte, voir ici la direction fermée et bornée du lieutenant politique du Québec.
    Face à votre dernier discours sur comment reprendre notre place au Canada, il serait nécessaire que vous vous impliquiez dans un dossier économique majeur pour nos entreprises, de tout le sud du Québec, le dossier de la désignation de l’aéroport de Sherbrooke.
    Il faut voir que ce dossier ne “quémande” pas de fonds du gouvernement, mais bien seulement une désignation technique pour avoir le droit de mettre en place la sécurité aéroportuaire aux frais de la ville!
    En espérant que vous déciderez de prendre part à ce dossier et réussirez à faire fléchir l’obnubilisme du lieutenant politique…

  18. Jacques Deschesnes says:

    Il y a une chose que j’ai toujours eu de la difficulté à comprendre. Si le Québec est l’une des provinces qui reçoit une large part des péréquations du gouvernement fédéral pourquoi à ce moment là mettre autant d’obstacles à ce que l’on devienne indépendant. La logique voudrait que si l’on coûte cher au reste du Canada que le ROC nous laisse aller tout simplement.

    Les libéraux, Stéphane Dion en autre, avec sa loi sur la clarté référendaire, le scandale des commandites, un référendum truqué par le camp du non, les conservateurs qui déclarent que nous sommes une société distincte mais qui ne bouge pas le petit doigt pour défendre notre position linguistique minoritaire , un gouvernement conservateur qui engage des juges sans que ceux-ci ne soient bilingues, un gouvernement qui se fout des jugements de la cour Suprême ect ect

    Si vous trouvez M.Bernier que le Québec est un fardeau fiscal pour le Canada alors pourquoi mettre autant d’obstacles à ce que nous nous séparions ?

    Vous verrez que si le Québec se sépare du Canada , d’autres provinces le feront, c’est seulement qu’il n’ont pas le courage politique de le faire , voilà tout

  19. Philippe says:

    Les québécois n’ont pas voté contre la souveraineté, ils ont voté contre l’hypocrisie de Mme Marois… ils ont aussi voté contre l’hypocrisie de M.Harper. “Restez avec le canada”, mais manger de la misère avec toutes les embûches qu’on peut vous mettre dans les pattes. Si on est si stupides et si coûteux que vous le prétendez, pourquoi le canada n’est-il pas pressé de se débarrasser de nous?

    Les conservateurs (élus par les anglophones) n’ont aucunement les mêmes valeurs que les québécois ni les mêmes priorités. Pourquoi perdre du temps à se chamailler comme de vulgaires bambins tout en dépensant à outrance l’argent des contribuables dans des procès à n’en plus finir? Non mais franchement, c’est prendre les gens pour des épais… et vous en êtes fier??

    Le Québec doit faire de l’argent, mais on coupe tout ce qu’on peut couper pour son développement économique, on vote des lois qui sont défavorables à l’économie québécoise et après c’est tout juste si on ne traite pas les québécois de lâches! Il est où le gros bon sens dans tout ça?

    P.S. Il faut fournir une adresse courriel…Je ne suis pas assez imbécile pour changer d’avis peut importe ce que vous envoyer comme courriel. Vos discours portent déjà assez atteinte à mon intelligence comme ça.

  20. Réjean Roy says:

    Monsieur,
    Ce texte que vous avez écrit, ce n’est pas un discours, c’est strictement de la propagande qui n’a l’oreille que de ceux qui ignorent leur histoire et qui sont complètement dénaturés. Ces colonisés qui acceptent de rester petits tout simplement parce que vous et les vôtres ne cessent de marteler qu’ils doivent rester petits. Je comprends que vous soyez heureux de l’arrivée au pouvoir des libéraux, dont le parti est le plus corrompu de l’histoire du Québec, élu par les autres et pour les autres.

    Malheureusement, il y a encore beaucoup trop de québécois dont la lâcheté et l’absence de conscience font en sorte que l’on se retrouve aujourd’hui dans la situation où politiquement, le Québec est diminué. Comme fossoyeur de la nation québécoise, vous et ces colonisés québécois avez l’indécence de nous proposer de nous noyer dans un melting-pot canadian où nous n’aurons d’autre choix que la disparition de notre nation et la perte de notre identité, où le taux démographique atteint à peine 22%. Votre poison multiculturaliste fait en sorte que ce taux ira continuellement en s’accentuant. Votre propagande truffée de fausseté est une indication de la peur que vous avez de notre nation de se donner un pays bien à lui, parce que quoique vous en pensez, vous et les vôtres, nous l’aurons un jour notre pays. En ce qui me concerne, vous et les vôtres êtes la honte de notre nation.

    Vous êtes ce que j’appelle, des Quislig québécois, continuez de nous trahir. Le mépris ne durera qu’un temps. l Histoire nous enseigne qu’une nation ne peut que progresser qu’à petit pas. J’en aurais tellement long à vous dire, mais convaincre un colonisé tel que l’imbécile qui vous suggère de faire «de la province de Québec une province bilingue, tout comme le Nouveau Brunswick», tel qu’il apparaît dans les commentaires qui suivent votre propagande et des commentaires des colonisés
    qui vivent à genoux et qui voua appuient. Contrairement à vous et aux vôtres, nous, nous sommes et restons debout. Si un jour, nous accédons à l’indépendance du Québec, ce noble idéal, nous le ferons pour nous et non contre les autres. Au royaume des aveugles, le borgne est roi. Voilà votre titre de noblesse.

    Réjean Roy

  21. Pierre Baatz says:

    It’s so refreshing to hear a Quebec politician who wants to be part of Canada. Congratulations on delivering a great message to all Quebecers and look forward to hearing more positive statements.

  22. Jean-Claude Michaud says:

    Monsieur Bernier,

    Si je suis 100% d’accord avec vous sur une décentralisation des pouvoirs vers les provinces et en particulier l’État-Nation du Québec et que je souhaite un transfert de la TPS aux provinces pour financer les municipalités et les infrastructures de transports du 21e siècle par contre, je ne suis pas d’accord que le Québec soit un soi-disant quémandeur alors qu’on demande simplement de récupérer les sommes qu’on envoie de force à Ottawa. L’impôt des particuliers fédéral devait être temporaire pendant la guerre mondiale et il est toujours là aujourd’hui. Renvoyer nous la plupart des recettes fiscales par le tranfert des points de taxes et les points d’impôts et mettez fin à la plupart des transferts fédéraux et l’abolition de la péréquation en échange.

    Les politiques industrielles du Fédéral ont dans l’histoire favorisé les autres provinces au dépens du Québec. Un autonomiste ne peut souhaiter qu’une chose un plus petit État fédéral qui se limite à quelques activités fédérales et des gouvernements provinciaux et des villes fortes.

  23. Jean-Claude Michaud says:

    Ah oui…

    Dans mon dernier commentaire j’aurais dû dire la célèbre phrase de Maurice Duplessis :

    Rendez-nous notre butin…

    Alors que le fédéral transfert les ponts fédéraux au Québec et la gestion des aéroports ainsi le Québec pourra gérer plus intelligemment le choix d’emplacement pour les aéroports pour éviter des décisions stupides comme la fermeture de Mirabel après avoir exproprié des agriculteurs et causé tant de peine à ces gens.

    Que le fédéral abolisse les transferts pour la santé, l’éducation postsecondaire et la péréquation en échange du transfert de la TPS de toute la taxe fédérale sur l’essence et l’abolition de l’impôt fédéral des particuliers au Québec et on aura un seul impôt des particuliers géré au Québec par notre État national Québécois. De plus, une entente administrative fera du Québec l’administrateur sur son territoire de l’assurance-emploi et des pensions de vieillesse fédérales pour adapter ses programmes selon les besoins spécifiques de la population du Québec.

    Le fédéral avec les revenus de l’impôt des sociétés, les droits de douanes, les divers permis fédéraux et revenus des sociétés d’état devrait amplement suffire pour payer pour la défense nationale canadienne avec une armée pour défendre le territoire canadien contre les invasions et les catastrophes, payer les douanes, les ambassades canadiennes, et les divers ministères fédéraux qui sont nécessaires après avoir sabré dans les organismes fédéraux qui dédoublent les programmes provinciaux.

    Alors là, on pourra parler d’une vraie confédération pour le Canada.

    Bonne fin de semaine!

    Amicalement!

  24. Liz MacKinnon says:

    Thank you for having the courage and impressive leadership in speaking up to the people. They surely must recognize the truth of what you say and, hopefully your frankness will encourage other Quebec public figures to show the same determination to cause change within the province.
    We admire you greatly.
    Liz MacKinnon
    Nepean

  25. bertie says:

    Great speech Maxime.I would also add that learning English and speaking it a few times in your life would improve your relationship with English Canada.A few English road signs on Quebec streets would help also to attract tourists.

  26. Serge Mar otte says:

    C’est le discours le plus intelligent et réaliste qu’il m’ait été donné de lire .
    Monins d’intervention de l’état au Québec et on l’a notre indépendance a l’interieur du Canada.
    Les québécois ne cessent de demander aux gouvernements de régler tous leurs problèmes et ils se plaignent que l’état leur imposent un fardeau fiscal inacceptable .

    Monsieur le Ministre Bernier, en temps que membre du parti conservateur je souscris a vos recommandations et j’en ferai la promotion.
    Ayant voté pour l’élection du gouvernement Couillard, j’espère que ce gouvernement continuera a faire de l’économie sa priorité en restreignant les dépenses et laissant la place aux entreprises privées pour enrichir le Québec.

    Félicitations Monsieur Bernier!

Leave a reply